Journée des aidants

À force de s’occuper des autres, on finit par s’oublier soi-même.
Aurélie Valognes, Auteure


J’ai remarqué au cours d’accompagnements en relaxation, combien il peut être parfois difficile pour une personne soutien (ou comme l’on dit aujourd’hui un aidant) de parler d’elle-même. Dire la fatigue, la souffrance devient impossible parce que cela s’efface devant la souffrance de l’autre, celui ou celle qui est aidé(e).

Pour l’un(e), il s’agit d’être présent au quotidien. Pour un(e) autre cela peut avoir valeur d’obligation légitimée par la parenté. Chacun(e) organise psychiquement cette situation personnelle en fonction de son histoire propre. L’emploi du temps est souvent réorganisé autour des besoins de la personne aidée.

Quelques chiffres

La fondation April a réalisé cette année sa septième étude sur ce sujet

Sur environ 11 millions d’aidants en France, 66% sont des personnes actives.

1 aidant sur 6 consacre 20 heures par semaine ou plus
pour aider son ou ses proches (soit 16 %)

1 aidant sur 2 a le sentiment d’être seul(e) et démuni(e)

6 aidants sur 10 ne se considèrent pas comme tel

malgré la communication faite sur les solutions existantes en France, seulement 7% des aidants seulement s’accordent un répit…


Du répit, un peu, beaucoup, passionnément, pas du tout…

Répit du latin respectus, de respicere, regarder en arrière (Larousse)

  • 1. Arrêt momentané, suspension de quelque chose de pénible, d’une souffrance
    « Ses crises ne lui laissent aucun répit »
  • 2. Repos, interruption dans une occupation absorbante ou contraignante.
    « Se donner un instant de répit ».

Sans trêve, ni repos…

Le répit est indispensable à l’agir pérenne. Pérenne oui, parce qu’être soutien, aidant tient parfois du marathon. « coûte que coûte, je n’ai pas le choix… » ces expressions éloquentes montrent l’incapacité à voir et à reconnaître ce besoin de répit. Ne pas s’écouter est une rengaine connue, malheureusement. Elle fait perdurer la surdité face aux messages que nous envoie notre corps, messages quant à eux de plus en plus pressants.

L’importance du « droit au répit » est désormais reconnue pour les proches aidants. Il représente un temps de repos et de pause dans l’accompagnement des personnes âgées ou en situation de handicap. La CAF fait le point sur les solutions existantes.


La relaxation propose des solutions de ressourcement au quotidien,
grâce aux techniques de respiration et de repos.

Je vous accompagne pour vous aider
à (re)trouver vos ressources,
à récupérer votre énergie au quotidien,
à prendre soin de votre santé.

Les séances « Ressourcement » sont idéales :
une durée d’1h
un tarif dégressif en fonction du nombre de séances
des techniques simples adaptées à votre emploi du temps

Accordez-vous une pause, un moment de tranquillité, de calme intérieur.

N’hésitez pas à me contacter.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.